Métaux lourds et grossesse

La consommation de poissons, coquillages et crustacés et l'impact sur la grossesse

Un bénéfice ?

  • Les produits de la mer sont essentiels pour la santé: ils contiennent des protéines de bonne qualité, des vitamines (A, B6 et D), des minéraux (calcium, fer, zinc) et des acides gras essentiels (oméga-3)
     
  • Mais il existe des polluants (dioxines, métaux lourds...) qui contaminent et se stockent dans certains poissons, coquillages et crustacés. Existe-t-il un risque pour la santé du bébé ?

Résultats observés dans l'étude PELAGIE ?

  • D'après l'étude PELAGIE, une consommation de poissons pendant la grossesse d'au moins 2 fois par semaine diminue le risque d'avoir un bébé avec un petit poids de naissance.
     
  • Le bénéfice de la consommation de poissons sur le développement intra-utérin est aussi observé dans d'autres pays européens comme le Royaume-Uni et le Danemark.
     
  • Dans l'étude PELAGIE, des résultats contraires sont observés pour la consommation de coquillages et crustacés (et en particulier pour les gros crustacés : comme les crabes, araignées de mer et homards).
    Une consommation de coquillages et crustacés d'au moins 2 fois par semaine pendant la grossesse semble augmenter légèrement le risque d'avoir un bébé avec un poids de naissance plus petit que la moyenne.
    Les polluants contenus dans les gros crustacés pourraient être mis en
    cause. Nous estimons que cela doit être confirmé par d'autres études avant de formuler des recommandations précises envers les futures mamans.

Source lettre d'information sur l'Etude PELAGIE - Mai 2008

 

Pour en savoir plus

Recommandations  de l' Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments

L'AFSSA encourage la consommation de poissons et recommande à titre de précaution pour les femmes enceintes et allaitantes de :

  • éviter à titre de précaution de consommer les poissons les plus contaminés : requins, lamproies, espadons, marlins (proche de l'espadon) et sikis (variété de requin)
     
  • limiter la consommation de poissons susceptibles d'être fortement contaminés* à 150 g par semaine pour les femmes enceintes et allaitantes et à 60 g par semaine pour les enfants de moins de 30 mois.

*baudroies ou lottes, loup de l'Atlantique, bonite, anguille et civelle, empereur, hoplostète orange ou hoplostète de Méditerranée, grenadier , flétan de l'Atlantique, cardine, mulet, brochet, palomète, capelan de Méditerranée, pailona commun, raies, grande sébaste, voilier de l'Atlantique, sabre argent et sabre noir , dorade, pageot, escolier noir ou stromaté, rouvet, escolier serpent, esturgeon, thon ...

En savoir plus

Categories PRO: 
Top