Le tabac et la mort subite du nourrisson

La mort subite inopinée du nourrisson (MSIN) représente encore la 1ère cause de mortalité de l'enfant
de 1 mois à 1 an.

Source : "Tabac et grossesse et mort subite inopinée du nourrisson" -
Lettre des Actualités Périnatales n°8 - 4eme trimestre 2002

A.F. BONGRAND, Centre référence MSIN, Pédiatrie II,
CHU Arnaud de Villeneuve - Montpellier

Tabac et grossesse et mort subite inopinée du nourrisson

La mort subite inopinée du nourrisson (MSIN) représente encore la 1ère cause de mortalité de l'enfant de 1 mois à 1 an.

Dans les années 1990, il y avait environ 1 500 décès/an par MSIN.
Depuis les années 1992-1994, et la Campagne de Prévention Nationale : « Couchez-le sur le dos », le taux de MSIN a chuté de 70 % avec, actuellement, environ 350 décès/an en France.

Mais des progrès restent à faire, en matière de prévention, et en particulier en luttant contre les facteurs de risque liés à l'environnement du bébé, dès la grossesse et dans la 1ère année de vie.

Ainsi, le tabac reste un facteur favorisant majeur
quant au risque de survenue de MSIN.

On sait depuis plusieurs années, que :

  • fumer pendant la grossesse expose au risque de retard de croissance intra-utérin (RCIU), qui augmente la vulnérabilité du nourrisson.

Il existe une toxicité directe du tabac pendant la grossesse :

  • sur le poumon fœtal :
    - altération de la paroi des épithélium pulmonaires
    - augmentation des dépôts de collagène
     
  • sur le système immunitaire fœtal :
    altération de la réponse immunitaire chez les fœtus exposés

Des données très récentes, exposées en 2002 (D. BRADLEY and coll. Science 2002, 29, 2385 - 6) révèlent ainsi qu'il existe une toxicité directe du tabac sur le système nerveux central du fœtus :

  • altération du contrôle du système nerveux autonome sur les échanges homéostasiques
  • altération directe des centres nerveux responsables du contrôle veille-sommeil : notamment de la substance véhiculée et atteinte des mécanismes du contrôle cardio-respiratoire pendant le sommeil.

Il est impératif maintenant de déconseiller
toute prise de tabac chez la femme enceinte.
Le prix d'une vie préservée en vaut l'enjeu.

 


Source : Conférence de consensus " Grossesse et tabac" du 7 et 8 octobre 2004 :
texte des recommandations

Actuellement, le tabagisme est la première
cause identifiée de MSN.

Il comprend le tabagisme actif de la femme enceinte et de la jeune mère, l'exposition de la femme enceinte au tabagisme passif et le tabagisme paternel.

En conséquence, il est conseillé d'interdire le tabagisme à domicile.

Il n'est pas prouvé que fumer fenêtres ouvertes ou dans une autre pièce modifie le degré d'exposition de l'enfant pendant la période à risque.

Il est indispensable de proscrire le partage du lit si la mère fume.

L'allaitement maternel prolongé (supérieur à 4 mois) est toujours à conseiller, particulièrement en raison de son rôle protecteur sur le plan immunitaire pour l'enfant.


Source : Ligue contre le cancer Tabac et cancer

Fausses couches et mort subite du nourrisson

Les experts insistent par ailleurs sur les dangers du tabagisme chez les femmes enceintes : on observe en effet une augmentation de la proportion de fausses couches et de naissances prématurées, une baisse du poids de naissance moyen et un risque augmenté de mort subite du nourrisson. Grossesse et tabac sont donc peu compatibles et il faut inciter chaque femme enceinte à rompre définitivement avec le tabac. Mais même si la grossesse est une motivation forte pour s'arrêter de fumer, malheureusement, 25 % des femmes enceintes continuent de fumer et les trois quarts de celles qui arrêtent de fumer pendant leur grossesse reprennent après l'accouchement...

Top