Le tabac et la fécondité

La fumée de cigarette comprend plus de 4 000 composés parmi lesquels le CO, la nicotine, les hydrocarbures polyaromatiques et les métaux lourds, dont le cadmium,
sont susceptibles d'interférer avec la possibilité de concevoir un enfant et le déroulement normal de la grossesse et de l'accouchement.

Source : Conférence de consensus " Grossesse et tabac" du 7 et 8 octobre 2004 : texte des recommandations

Fertilité masculine

Chez l'homme, les substances contenues dans la fumée de cigarette peuvent être dosées dans le liquide séminal des fumeurs à des taux proportionnels aux taux sériques et au nombre de cigarettes par jour. La présence de cotinine a pu également être mise enévidence dans le plasma séminal de non-fumeurs, suggérant le rôle du tabagisme passif.

Le tabagisme de l'homme serait à l'origine :

- d'une dysfonction érectile réversible à l'arrêt ;
- d'une altération des paramètres spermiologiques faisant craindre une diminution du pouvoir fécondant, avec :

  • une altération de la mobilité des spermatozoïdes,
  • une augmentation de la **tératospermie avec prévalence plus importante des anomalies de la tête, lesquelles sont associées à une augmentation du risque d'hypofertilité,
  • une *leucospermie,
  • une tendance à la diminution du nombre de spermatozoïdes et à une altération de la vitalité des spermatozoïdes (pour ces 2 derniers paramètres, le nombre d'études est faible et ne permet pas de conclure avec certitude) ;

- d'une altération du matériel nucléaire :

  • une fragmentation de l'ADN des spermatozoïdes a été mise en évidence chez les fumeurs. Ces altérations nucléaires seraient liées au stress oxydatif sous l'effet du tabac. Elles compromettent les chances de grossesse à partir d'un certain taux,
  • une augmentation significative de la prévalence de certaines disomies chez les fumeurs a été retrouvée par quelques études.

Cela fait craindre la survenue d'anomalies lors du développement in utero (mauvaise implantation, fausses couches précoces, etc.) et la survenue de risques potentiels pour la descendance.

Fertilité féminine :

Le tabagisme actif est associé de manière statistiquement significative à un retard à la conception indépendant des facteurs tubaires d'infertilité. Une relation dose-effet et une réversibilité à l'arrêt du tabac.

En procréation médicalement assistée (PMA), le tabagisme maternel est associé significativement à une diminution du recueil d'ovocytes et peut-être du taux d'implantation. Les effets sont d'autant plus marqués que le partenaire est fumeur.

Le tabagisme est également significativement associé à avancement de l'âge de la ménopause (2 ans en moyenne). Ce phénomène est d'autant plus accentué que le nombre de cigarettes fumées et la durée du tabagisme sont importants. Mais il est partiellement réversible. La fécondité des filles exposées in utero au tabagisme de leur mère est également diminuée de manière statistiquement significative.

Les hypothèses physiopathologiques émises pour expliquer la diminution de la fertilité féminine liée au tabac sont :

  • une action endocrinienne antiœstrogénique de la nicotine avec, en particulier, une altération de la glaire cervicale ;
  • une action toxique directe sur l'ovaire des dérivés du tabac ;
  • des modifications de la fonction ciliaire des trompes.

Grossesses extra-utérines - GEU :

Dix des 11 enquêtes qui se sont intéressées à la relation entre tabagisme et grossesse extra-utérine (GEU) indiquent que le tabagisme est associé de manière statistiquement significative à une augmentation du risque de GEU (environ 35 % des GEU seraient attribuables au tabac). Une relation dose-effet et une réversibilité partielle ont été retrouvées. Des études expérimentales chez l'animal ou in vitro proposent un mécanisme physiopathologique plausible :

  • diminution des battements ciliaires ;
  • altération de la contractilité tubaire ;
  • altération de l'adhésion de l'ovocyte au pavillon tubaire.

Avortements spontanés :

Plusieurs études ont montré une augmentation statistiquement significative du risque d'avortement spontané chez les fumeuses actives et passives.

Top