Le sommeil du nourrisson de la naissance à 1 mois

Le bébé dort pendant l'accouchement.
Il se réveille au moment des contractions utérines
les plus fortes et de l'expulsion.
Un nouveau-né dort beaucoup mais ...

 

 - Les états de vigilance pendant l'accouchement

La surveillance du rythme cardiaque foetal pendant l'accouchement est de pratique systématique dans la plupart des maternités de France depuis 1975 environ :

       - soit par capteur ultrasonique externe,
       - soit, après l'ouverture de la poche des eaux, directement par une électrode sur l'enfant.

Il est également possible, quand l'enfant se présente normalement tête en bas et dès que les membranes amniotiques sont rompues, d'enregistrer l'EEG à l'aide d'électrodes-ventouses posées directement sur le cuir chevelu.

Plusieurs études de l'électroencéphalogramme pendant l'accouchement ont ainsi été réalisées entre 1970 et 1980 aux États-Unis et en France. Nous avons participé, avec une équipe obstétricale lyonnaise, à l'une de ces études, basée sur l'analyse de plus de 100 tracés EEG, recueillis en cours d'accouchement.

Ce travail nous a permis d'affirmer que le bébé dort pendant l'accouchement et ne se réveille qu'au moment des contractions utérines les plus fortes et de l'expulsion. S'il dort, c'est qu'il va bien, c'est le signe d'un bien-être évident.

Cette étude nous a également montré que le premier signe de souffrance de l'enfant au cours de l'accouchement est son réveil. Tant qu'il est bien, il dort; s'il a un problème, il se réveille.

Enfin, et c'est là un point essentiel, cette étude a montré que les sédatifs donnés à la mère pendant l'accouchement dépriment très vite le système nerveux central du futur nouveau-né, avec des modifications évidentes de l'électroencéphalogramme.

 

 - Le sommeil du nouveau-né de sa naissance à un mois de vie 

Schématiquement, le nouveau-né ne diffère de son alter ego foetal de la veille que par deux transformations peu importantes :

       - L'apparition de nombreux éveils au cours des 24 heures, probablement modulés par le rythme nouveau de la faim et de la satiété, mais pas uniquement, puisque ces éveils existent aussi chez les nouveau-nés malades alimentés en perfusion ou en gavages continus.
 
       - La disparition pour quelques semaines de l'ébauche de cycle circadien foetal, qui ne commencera à réapparaître de façon confuse que vers la fin du premier mois.

Nous ne reviendrons pas sur la description des états de vigilance de cette période. Nous allons plutôt tenter de donner les principales caractéristiques de cette période.
 

Un nouveau-né dort beaucoup, en moyenne 16 heures sur 24, mais il existe d'emblée des différences importantes. Certains bébés gros dormeurs dorment près de 20 heures, d'autres, petits dormeurs, auront besoin de moins de 14 heures sur 24, sans que cela soit anormal. D'ailleurs ces appellations de petits et gros dormeurs ne laissent en rien présager de l'avenir.

Les éveils sont essentiellement les premiers 30 jours, des états de veille agitée, et rarement quelques brefs épisodes de veille calme. En d'autres termes, un nouveau né qui dort peu est souvent un bébé qui pleure beaucoup, ce qui n'est pas toujours facile à tolérer pour les parents et l'entourage.

Le nouveau-né ne connaît pas le jour et la nuit. Il est indifférent à l'environnement lumineux, et ses éveils se produisent indifféremment à n'importe quel moment. Le sommeil est morcelé en périodes ultradien nes de 3 à 4 heures, les premières périodes de sommeil un peu plus longues survenant au hasard, aussi bien le Jour que la nuit.

Le nouveau-né s'endort presque toujours en sommeil agité. C'est l'une des caractéristiques fonda mentales de cette période puisque, nous l'avons dit, le sommeil de l'adulte commence, lui, toujours en sommeil lent. Ce sommeil agité suit généralement une phase d'éveil calme, et, bien souvent, une tétée. Les rares endormissements en sommeil calme se produisent après une longue et violente période de pleurs, pleurs qui n'ont pas permis le passage vers l'hypotonie et la détente du sommeil agité.

Les cycles de sommeil sont courts, constitués d'une phase de sommeil agité, suivie d'une phase de sommeil lent. Un cycle dure en moyenne 50 à 60 minutes (rappelez-vous, le double chez l'adulte: 90 à 120). L'enchaînement de trois ou quatre cycles permet un sommeil de 3 à 4 heures consécutives, rarement plus, pendant le premier mois. Il existe donc 18 à 20 cycles de sommeil par 24 heures, inégalement répartis en phases de som meil plus ou moins longues, et sans périodicité diurne ou nocturne.

Le sommeil agité représente 50 à 60 % du sommeil total et peut atteindre 8 à 10 heures par jour chez le nouveau-né à terme, alors que le rêve n'occupera plus que 20 à 25 % du temps, deux heures environ, de notre sommeil d'adultes.

Une telle part relative de sommeil paradoxal chez le tout-petit, moment de construction cérébrale majeure, est à l'origine des plus grandes hypothèses concernant la fonction du sommeil paradoxal et du rêve.

Source : Prosom MJ Challamel, M. Thirion - Inserm Lyon
 

Fiche pratiques : 

Guide du sommeil du nourrisson (PROSOM)

Dormir, c'est vivre aussi... (INPES)

Lien utile :

 

Les états de vigilance pendant l'accouchement

Le sommeil du nouveau-né et du premier mois de vie

 

Top