Le sommeil du foetus et du prématuré

Le sommeil et l'activité électrique du cerveau ne dépendent ni du poids, ni de l'âge légal de l'enfant (sa naissance). Ils dépendent de son âge conceptionnel.

 

 - Le sommeil du foetus

On savait depuis longtemps que le foetus présente des périodes d'immobilité et des périodes d'agitation, périodes complètement indépendantes du rythme de sa mère. Il n'est pas possible de trouver une corrélation entre les phases d'éveil de la mère et les mouvements de l'enfant non-né.

Deux méthodes nous permettent d'étudier le bébé foetal et ses états de vigilance :

- L'enregistrement du rythme cardiaque foetal par monitorage obstétrical, bien connu dans les maternités françaises depuis 1970 environ. Ce rythme cardiaque n'a maintenant plus de secret pour les obstétriciens, qui savent reconnaître sur un tracé non seulement si l'enfant souffre ou va bien, mais aussi s'il dort, ou s'il est réveillé et s'il entend. (L'étude de l'audition se fait en sommeil calme.)

- L'échographie abdominale, de pratique courante depuis 1975, permet de regarder un futur bébé dans sa bulle amniotique, d'observer même les mouvements fins comme les mouvements oculaires, les mouvements respiratoires, et, bien sûr, les mouvements corporels plus amples. Il est possible de filmer ces images échographiques pendant des heures, donc d'avoir une véritable observation clinique.

 

Par contre, il n'est pas possible, puisqu'on ne peut mettre d'électrodes sur sa tête, d'enregistrer l'électroencéphalogramme d'un bébé foetal. Seuls les enfants prématurés nous permettront d'approcher la réalité électrique du sommeil foetal.

L'étude échographique des mouvements foetaux, réalisée par de nombreuses équipes obstétricales européen nes permet de dater l'apparition des différentes activités de façon extrêmement précise :

 

Age d'apparition des activités foetales
Battements cardiaques : 6-9 semaines
Mouvements du tronc (sursaut) : 8 semaines
Mouvements isolés des membres : 9-13 semaines
Mouvements respiratoires : 9-12 semaines
Mouvements de succion : 15 semaines
Mouvements coordonnés des 4 membres : 16 semaines
Mouvements oculaires lents : 16 semaines
Mouvements oculaires rapides : 19 semaines
Mouvements fins des doigts et des paupières : 20 semaines

 

Tous les mouvements corporels sont donc présents dès la 20e semaine de gestation, même les mouvements délicats de succion, d'ouverture et de fermeture des yeux.

L'étude simultanée de trois paramètres du sommeil: mouvements oculaires, mouvements corporels et rythme cardiaque, réalisée pour l'instant par deux équipes de recherche, permet de donner les grandes lignes du sommeil de l'enfant foetal :

       - Le bébé foetal est un gros dormeur. Il dort presque sans arrêt jusqu'aux dernières semaines de la grossesse, rien ne le réveille, et il dort même pendant l'accouchement. Les états de veille sont pratiquement absents.
 
       - Dès la 20e semaine, il existe déjà une alternance d'activité et d'immobilité; dont la périodicité est pratiquement identique à celle du futur cycle de sommeil. On ne peut pas parler encore de sommeil, au sens strict du terme, mais plutôt d'une sorte de sommeil indifférencié, presque une "dormance", terme dont nous avons vu la signification dans l'évolution des espèces.
 
       - Le sommeil agité apparaît le premier, vers 28 semaines de gestation (6 mois).
 
       - Le sommeil calme n'apparaît qu'à 30 semaines.
 
       - Ces deux sommeils alternent régulièrement à 36 semaines de gestation (8 mois).
 
       - Le sommeil de l'enfant est totalement indépendant de celui de sa mère.
 
       - Il existe déjà une certaine organisation circadienne de la vigilance: les foetus ont une période active, plus réveillée, entre 21 et 24 heures, moment où ils s'agitent de façon perceptible par la mère, donc dans la soirée, au moment où elle-même se repose. Ce rythme circadien foetal est probablement induit par des variations maternelles du taux de glucose sanguin et de la sécrétion du cortisol, puisqu'il disparaît après la naissance.
 - Le sommeil du nouveau-né prématuré

C'est l'équipe de Colette Dreyfus-Brisac, à l'Hôpital de Port-Royal à Paris, qui réalisa les premières études à partir de 1956. Le sommeil du bébé prématuré est maintenant bien connu. Tous les centres de prématurés réalisent de façon systématique des électroencéphalogrammes. Ils permettent, en effet, non seulement de dépister d'éventuelles anomalies neurologiques, mais surtout d'évaluer l'âge de gestation du bébé prématuré, à une semaine près. Cette évaluation repose essentiellement sur l'analyse des ondes corticales au cours des différents états de vigilance.

L'étude des états de vigilance du prématuré repose sur trois paramètres :

  1. l'étude du comportement, par observation directe dans la couveuse;
  2. l'électroencéphalogramme, possible actuellement sur les plus petits prématurés viables, c'est-à-dire à 24 semaines (5 mois), bébés qui pèsent souvent moins de 800 grammes;
  3. l'enregistrement polygraphique est possible vers 32 semaines, lorsque le prématuré est moins fragile.

Ce que l'on peut dire d'emblée, c'est que le développement du sommeil et de l'activité électrique du cerveau ne dépend ni du poids, ni de l'âge légal de l'enfant (âge de vie extra-utérine, donc depuis sa naissance). Il ne dépend que de son âge conceptionnel. Si un petit prématuré va bien, son sommeil va évoluer de la même façon que s'il était resté in utero. Par exemple, un nouveau-né prématuré de 28 semaines (né à 6 mois de gestation) aura à trois mois d'âge légal un électroencéphalogramme et une organisation de sommeil pratiquement identiques à ceux d'un nouveau-né à terme de quelques jours, donc conçu au même moment que lui. Sa vieille expérience de vie extra-utérine n'aura presque pas influencé la maturation de ses neurones et l'organisation de ses états de vigilance.

Nous pouvons succintement décrire les principales étapes de cette période :

A 24 semaines, le tout-petit prématuré dort. Il alterne de brèves périodes d'immobilité avec des phases d'agitation plus ou moins intenses, faites de mouvements brusques, de sursauts. Les yeux sont constamment fermés, les mouvements oculaires épisodiques. La respiration est irrégulière et souvent insuffisante, ce qui nécessite une ventilation artificielle.
A ce stade, l'EEG est souvent complètement silencieux pendant plusieurs secondes, parfois même pendant une à deux minutes, pratiquement plat, avec quelques bouffées intermittentes d'activité.

Entre 24 et 27 semaines, toutes les caractéristiques comportementales du sommeil sont présentes, mais elles ne concordent pas. Il est impossible de décrire un état de sommeil calme, et un état de sommeil agité. Sur le tracé EEG les bouffées d'activité deviennent plus longues.

Vers 28 semaines, apparaissent les premières périodes de sommeil agité. L'activité électrique cérébrale, jusque-là discontinue (entrecoupée de tracés plats), va devenir permanente au cours des périodes de sommeil agité.

A 30 semaines, des périodes de sommeil calme vont être très bien individualisées.

A partir de 32 semaines, le pourcentage de sommeil agité et de sommeil calme par rapport au sommeil indifférencié va augmenter rapidement, et l'activité électrique corticale devient de plus en plus continue, permanente, mais le tracé reste peu actif pendant les rares moments d'éveil.

Vers 36 semaines, le bébé proche du terme présente de toutes petites périodes d'état de veille calme, les premières ! Il ouvre plus souvent les yeux, devient plus conscient. Son tracé EEG montre enfin une activité continue au cours de ces éveils calmes. Pendant ces dernières semaines avant le terme, la quantité de sommeil agité va être un peu plus importante que celle du nouveau-né à terme, aux environs de 65%.

Toute cette évolution, repérable de semaine en semaine, dépend de la maturation des neurones corticaux, de l'établissement des connexions qui les relient entre eux, et surtout qui les relient au cerveau profond. Elle est donc le reflet direct de la construction cérébrale du bébé.

 

Fiche pratiques : 

Guide du sommeil du nourrisson (PROSOM)

Dormir, c'est vivre aussi... (INPES)

Lien utile :

Les rythmes veille-sommeil chez le nouveau-né

 

Top