Connaître les risques infectieux pendant la grossesse

Au cours de la grossesse, des risques infectieux
peuvent menacer la maman et son bébé.

Certaines mesures de prévention sont soumises à règlementation et mises en place par le médecin ou la sage-femme.

D'autres comme les mesures d’hygiène sont importantes et efficaces. Elles peuvent être mises en place
par les mamans elles-mêmes.

Sources : Ministère de la santé, INPES, HCSP, HAS, Assurance maladie, ANSES, Centre Régional de Pharmacovigilance du Languedoc Roussillon (CRPV-LR [CHRU Montpellier])

Les infections ont longtemps étées redoutables. Des mesures drastiques pouvaient être prises comme dans le cas de la fièvre puerpérale.
De nos jours, des mesures de prévention face au risque infectieux qu'il soit viral, bactérien ou parasitaire peuvent être facilement adoptées et mises en place au quotidien.

Les infections virales et parasitaires

Les infections virales présentent souvent un risque plus important pour la maman que pour le bébé mais pas que...

Ce peut être le virus de :

  • la rubéole : risque important de malformation du bébé pendant le 1er trimestre de la grossesse. Le dépistage se fait par test sérologique mensuel.
  • l'hépatite virale B (VHB): pas de risque de malformation pour le bébé mais symptômes d'ictère, vomissement et prurit pour la maman. Le dépistage se fait par test sérologique.
     
  • le cytomégalovirus (CMV) : risque important de malformation du bébé tout au long de la grossesse. L'infection chez la mère peut passer souvent inaperçue. Le cytomégalovirus doit être recherché dans les urines.
  • L'herpès (HSV) : Les risques sont graves pour le nouveau-né s'il est infecté lors de la naissance. La césarienne est l'une des mesures de prévention. Le dépistage se fait au moyen de prélèvement de tissus ou d'une culture d'une vésicule active ou d'une ampoule ou par test sanguin.
  • La varicelle (VZV) : Elle est grave chez la femme enceinte et peut avoir des conséquences sur le bébé. L'apparition de boutons ou un enfant malade dans votre entourage doit vous alerter. Le test de confirmation de la contamination consiste en une simple prise de sang.
  • La rougeole : La rougeole durant la grossesse expose à un risque maternel de complications pulmonaires, d'hospitalisation, voire de décès. La sérologie sur prélèvement de sang est la technique de référence pour le diagnostic biologique de la rougeole.
  • Le parvovirus B19 (5eme maladie éruptive) : Il est décelé et mis en évidence par une analyse sanguine. Risque d'infection qui semble faible pour le bébé quand la maman est infectée. Par contre les conséquences peuvent être graves pendant le 1er trimestre de la grossesse (avortement spontané, malformations...).
  • Le SIDA (VIH) : Risque de transmission du virus de la mère à l'enfant surtout pendant l'accouchement 75% des cas). La contamination foetale est exceptionnelle avant le 5eme mois de grossesse. Quand quelqu'un a pris un risque, cela peut mettre jusqu'à 6 semaines pour que la contamination soit détectable dans le sang. Une personne contaminée qui ferait le test trop tôt risquerait d'avoir un résultat négatif.
  • Le papillomavirus (HPV) : Risque de transmission du virus HPV se fait le plus souvent lors de l'accouchement (filière génitale maternelle infectée par le HPV). Le dépistage se fait par frottis cervico-utérins.
  • La grippe saisonnière habituelle : Ella a habituellement peu de conséquences pendant la grossesse pour le bébé sauf en cas de surinfection. La fièvre quelqu'en soit la cause, augmente le risque d'accouchement prématuré.
  • Les symptômes de la grippe et de la listériose sont proches, fièvre et courbatures chez une femme enceinte doivent amener à consulter rapidement un médecin.

ou le parasite de :

  • La toxoplasmose : Elle est due à un parasite du chat. Elle est dangereuse pour la femme enceinte lorsque le parasite l'infecte pour la première fois et qu'elle n'a donc jamais fabriqué d'anticorps. Plus la toxoplasmose est transmise tard dans le déroulé de la grossesse moins les lésions sont graves pour le bébé. Le dépistage se fait par analyse sanguine.
  • Le paludisme : Le vecteur de transmission est le moustique femelle du genre Anopheles. Le seul mode de contamination inter-humaine directe est lorsqu'une femme enceinte infectée contamine son enfant par voie transplacentaire. Le diagnostic du paludisme se fait deux tests rapides : frottis sanguin et goutte épaisse.

Les infections bactériennes

  • La listériose : est une maladie rare et grave, transmise à l'homme par voie alimentaire. Elle peut avoir des conséquences particulièrement graves chez la femme enceinte et le nouveau-né (avortement, accouchement prématuré, formes septicémiques avec détresse respiratoire dans les jours qui suivent la naissance). Les obstétriciens demandent souvent des séro-diagnostics pour le dépistage de la listériose en cours de grossesse.
  • La syphilis : Le risque est grave pour la maman et surtout pour l'enfant (mort in utéro, accouchement prématuré). L'examen sérologique obligatoire du 1er examen prénatal en permet le dépistage.
  • Le streptocoque B : La transmission de la mère à l'enfant se fait surtout par l'inhalation ou par l'ingestion de liquide amniotique contaminé lors de l'accouchement. Le risque lié à l'infection est grave lorsque celle-ci est avérée. Il est une cause de faible poids à la naissance et de mortalité chez le nouveau-né. Le dépistage pour les femmes enceintes ayant un antécédent d'accouchement prématuré doivent avoir, en début de grossesse, un prélèvement vaginal orienté sur la recherche de vaginose bactérienne.
Top