Asthme et allergies respiratoires

Il y a en France 2,5 à 3 millions d'asthmatiques dont 1/4 d'enfants et d'adolescents.

Encore 7 personnes par jour meurent d'asthme alors qu'on dispose de traitements extrêmement efficaces.

Les spécialistes savent que presque tous ces décès seraient évités si l'asthme était dépisté et les traitements suivis.

 

Mon enfant a-t'il de l'astme?   

Source : Haute Autorité de Santé et Société Pédiatrique de Pneumologie & d'Allergologie

 - Quand parler d'astme chez l'enfant de moins de 3 ans ?

Quand parler d'asthme chez l'enfant de moins de 3 ans ? Votre enfant a probablement de l'asthme s'il a eu, depuis sa naissance, au moins 3 épisodes d'essoufflement ou de toux avec des sifflements. Ces épisodes alternent avec des périodes où il va très bien.

C'est la répétition de ces épisodes qui fait évoquer le diagnostic d'asthme par votre médecin.

Ces épisodes peuvent survenir également la nuit ou lorsque votre enfant joue, lorsqu'il pleure, ou en présence de tabac dans l'environnement.

 

 - Quels sont les traitements utilisés ?

Le médecin peut prescrire à votre enfant 2 sortes de traitement qu'il peut associer :

       - l'un pour traiter les symptômes
       - l'autre, appelé traitement de fond, lorsque les épisodes sont trop fréquents.

Le traitement des symptômes est un traitement ponctuel à donner dès les
premiers signes
. Il repose sur les bronchodilatateurs en inhalation, de couleur bleue, et si besoin les corticoïdes par voie orale. Son objectif est de soulager votre enfant des sifflements ou de la toux. Ce traitement est d'autant plus efficace qu'il lui est proposé dès les premiers signes.

Le traitement de fond est un traitement à prendre pendant au moins 3 mois. Il repose sur les corticoïdes en inhalation. D'autres traitements de fond par voie orale peuvent aussi être prescrits. L'objectif est de contrôler l'asthme, c'est à dire que votre enfant n'ait pas de symptôme, et qu'il ait une activité et une croissance normales. Pour ce traitement de fond, il est important de :

       -  Il faut utiliser une chambre d'inhalation avec un masque et ne jamais mettre le spray directement dans la bouche.bien le prendre tous les jours ;
       - le prendre selon les doses prescrites (par exemple : 2 bouffées 2 fois par jour) ;
       - ne pas le modifier sans l'avis de votre médecin.

Ces médicaments qui se prennent par voie inhalée sont sous forme de
« spray » et il est nécessaire de bien les agiter avant de les administrer à votre enfant. Il faut utiliser une chambre d'inhalation avec un masque et ne jamais mettre le spray directement dans la bouche.
Ces médicaments sont généralement bien tolérés aux doses et pour les durées prescrites.

 - Quand faut-il consulter ?

Il est important de suivre le rythme des consultations prévu par votre médecin.
En plus de ces consultations prévues :

       - Revoyez votre médecin si les symptômes persistent ou réapparaissent malgré le traitement de fond prescrit.
 
       - Appelez votre médecin ou consultez en urgence :
- lorsque les symptômes d'un épisode aigu ne diminuent pas malgré le traitement prescrit,
- lorsque la crise vous paraît inhabituelle, par exemple si votre enfant est abattu ou réagit peu à vos stimulations, s'il est très gêné pour respirer, ne boit pas bien ses biberons.
 - En dehors du traitement, que puis-je faire pour mon enfant ?
       - Lui éviter toute exposition au tabac qui aggraverait son asthme : c'est prouvé.
       - Adopter des règles d'hygiène simples comme il est précisé dans le carnet de santé pour limiter la transmission d'une infection virale (se laver les mains souvent, ne pas éternuer ou ne pas tousser devant votre enfant, etc.).
       - S'il est allergique, limiter l'exposition aux allergènes et éviter les endroits où il y a des moisissures.
 

Ecole de l'asthme du CHU de Montpellier

 - Questionnaire pour préparer votre consultation

Site de l'ecole de l'asthme du CHU de Montpellier

Ce document a été préparé par l' Ecole de l'Asthme du CHU de Montpellier - Hôpital Arnaud de Villeneuve - pour aider les patients asthmatiques à mieux connaître et gérer leur asthme.

Vous pouvez l'utiliser pour préparer votre prochaine consultation en l'imprimant et répondant aux questions qui sont posées.

Une partie du questionnaire est réservée aux enfants.

 



 

 

L'éducation : les écoles de l'asthme

 - Mieux vivre son asthme grâce à l’éducation thérapeutique.

Ce n’est pas toujours facile de s’y retrouver lorsqu’on a de l’asthme. Certes, il existe des médicaments très efficaces pour contrôler la maladie, mais la personne doit néanmoins respecter un cahier des charges assez lourd :

       - bien connaître ses symptômes pour prévoir et éviter l’apparition d’une crise,
       - savoir surveiller son souffle,
       - aménager son environnement,
       - savoir utiliser correctement ses médicaments…

Tout cela ne va pas de soi, et l’asthmatique se sent parfois seul et démuni devant tous ces comportements à adopter, d’autant plus que le médecin n’a pas toujours suffisamment de temps pour aborder tous ces sujets lors de la consultation. C’est pourquoi, depuis plusieurs années, il existe des écoles de l’asthme dont l’objectif est précisément d’accueillir les personnes malades et de les aider à acquérir des compétences. Les écoles de l’asthme ne proposent pas des cours théoriques et compliqués ou des groupes de parole mais plutôt  des ateliers interactifs permettant d’acquérir des connaissances ou des savoirs immédiatement applicables dans la vie de tous les jours.

L’éducation des patients proposée dans les écoles de l’asthme est réellement considérée aujourd’hui comme faisant partie intégrante du traitement car elle a largement prouvé son efficacité. En effet, il existe de nombreuses études par le monde qui ont montré que les personnes asthmatiques ayant bénéficié de l’éducation s’en sortent beaucoup mieux : leur asthme est mieux contrôlé, elles ont moins de crises, moins de gênes respiratoires la nuit, sont moins souvent hospitalisées et ont moins d’absences à l’école ou au travail. Ces résultats ont conduit les autorités de santé françaises (HAS www.has-sante.fr , DGS http://www.sante.gouv.fr/ ) à mener une réflexion afin d’inciter les professionnels de santé à mettre en place des structures d’éducation et encourager les malades à participer à ces formations. Souhaitons que l’offre d’éducation s’élargisse afin que chaque asthmatique puisse trouver une école de l’asthme proche de son domicile. Souhaitons que cette éducation, aujourd’hui dispensée par des professionnels de santé encore trop souvent bénévoles, soit enfin officiellement reconnue comme un acte de soins et bénéficie ainsi d’une prise en charge par l’Assurance Maladie. Nous avons bon espoir car il existe des signes encourageants (notamment le plan ministériel sur la qualité de vie dans les maladies chroniques).

Top