Accidents domestiques

18.549 décès en 2006, dont une grande partie est évitable, c'est le bilan des accidents de la vie courante en France métropolitaine, rapporté par le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH n°8 du 2 mars 2010) de l'Institut de veille sanitaire, réalisé sur 6 années. Chutes et intoxications chez des personnes âgées, noyades chez les moins de 25 ans, suffocations, première cause de décès chez les moins d'un an, des taux de mortalité certes en baisse mais qui pourraient encore être bien réduits, rappelle l'InVS par de nouvelles mesures de prévention ciblées. Cette diminution a été plus importante chez les enfants, notamment pour les
noyades et pour les suffocations, peut-être grâce aux campagnes de prévention et à la réglementation sur les produits pour enfants.


Sécurité des enfants :
mieux vaut prévenir que guérir

Rappel des risques les plus fréquents
  • Dès la naissance : La brûlure par biberon, un bain trop chaud, l'étouffement dans le lit
  • A partir de 3 mois : La chute depuis la table à langer ou la chaise haute, la noyade dans le bain, la suffocation
  • A partir de 9 mois : L'électrocution, la coupure, l'écrasement des doigts dans la porte, l'empoisonnement par médicaments ou produits d'entretien 
  • A partir de 12 mois : La brûlure dans la cuisine, la chute dans les escaliers, l'asphyxie par enfermement de la tête dans un sac plastique 
  • A partir de 18 mois : La chute par défenestration, la brûlure par manipulation d'allumettes ou de briquet
  • A partir de 2 ans : L'empoisonnement par ouverture de flacons
  • A partir de 4 ans : La chute à vélo

La prévention en images : vidéos  

 


L'INPES - Institut National de prévention et d'éducation en Santé lance régulièrement des campagnes de prévention des accidents domestiques.

Il édite des brochures conseils que vous pouvez télécharger et des vidéos à regarder.

Parents, soyez prudents !
Expliquez les dangers à vos enfants

 

 


La défénestration

chutes d'enfants par la fenêtre  : Appel à la vigilance des parents : 4 fois sur 5, un adulte est présent

Source : Inpes communiqué de presse et INVS rapport enquête 2013

Le printemps et les beaux jours arrivent et avec les premières chaleurs, les risques de chutes par la fenêtre augmentent. Selon l'enquête Défenestrations 2013 , l'Institut de veille sanitaire (InVS), en collaboration avec l'hôpital Necker Enfants malades, a enregistré durant sept mois d'enquête, en Ile-de-France, Provence-Alpes-Côte d'Azur et Nord-Pas-de-Calais, 76 « chutes accidentelles de grande hauteur » (défenestrations) chez les enfants de moins de 15 ans (taux d'incidence 1,9/100 000). Elles ont été suivies de 9 décès. 8 personnes ont par ailleurs présenté des séquelles à un mois (dont 3 sévères)

 


La noyade :
1ère cause de mortalité
par accident domestique

Un drame méconnu

Source : Association "sauve qui veut"

La noyade est la première cause de mortalité par accident domestique chez les enfants de 1 à 4 ans.

D'après les chiffres de la Sécurité Civile, les Régions PACA, Languedoc Roussillon, Rhône Alpes, Aquitaine et Pays de la Loire sont les plus touchées par ce drame.

  • Avant 1 an, les accidents se produisent le plus souvent en baignoire ou pataugeoire.
  • Entre 1 et 4 ans, l'enfant est particulièrement exposé car il découvre l'autonomie avec la marche, est attiré par l'eau et n'a absolument pas conscience du danger.

Les conséquences de ces noyades sont souvent dramatiques puisqu' un enfant sur deux décède ou s'en sort avec des séquelles sévères ou un handicap permanent.

Une noyade est si vite arrivée

Source : Association "sauve qui veut"

Pour qu'un enfant se noie, il suffit de :

  • quelques secondes d'inattention
  • 20 cm d'eau.
  • moins de 3 minutes pour mourir !

Trop d'enfants se noient chaque année et pourtant la plupart de ces drames pourraient être évités.
Les personnes responsables de jeunes enfants doivent prendre conscience du danger et adopter des gestes et mesures simples et efficaces.
Vos enfants ont le droit d'être protégés, informez vous ! Adoptez le comportement juste !

Qualité de l'eau (mer, piscine) et du sable

Source : Site ministeriel Santé-Environnement


Les brûlures :
les accidents domestiques représentent 70%
des brûlures chez l'enfant.

Source : Extrait s de l'entretien avec le Dr. Sarah de Babeche, unité de soins intensifs des enfants brûlés à l'hôpital Trousseau à Paris - Propos recueillis par Martine Geslin.

La prévention est pourtant possible, et d'autant plus nécessaire si l'on considère les accidents domestiques représentent les répercussions sociales, scolaires, professionnelles et médicales auxquelles se heurtent les grands brûlés.

La plupart du temps, c'est l'évolution même de la pathologie qui permet de trancher définitivement entre les brûlures intermédiaires et les brûlures graves. Cependant, en attendant des gestes spécialisés, quelques gestes salutaires peuvent être accomplis sur le lieu de l'accident, voire à l'officine si la blessure ‘le permet. Le pharmacien, qui connaît bien le traitement compressif des cicatrices, doit pouvoir aider l'entourage de la victime à assurer la suite du traitement à domicile.

 

Le Dr Sarah de Babeche plaide en faveur
d'une prévention de ces accidents,
laquelle passe par une éducation aux risques domestiques.
C'est la seule façon, selon elle, d'enrayer ce vrai problème
de santé publique.

 

La brûlure de l'enfant n'est pas une maladie» mais la conséquence d'un manque de vigilances, selon le Dr de Babeche, du service de chirurgie générale plastique, reconstructrice et esthétique, attachée à l'unité de soins intensifs des enfants brûlés à l'hôpital Trousseau à Paris. En effet, les accidents domestiques occasionnent 70% des brûlures chez les enfants. Souvent causées par «ébouillantement», elles atteignent particulièrement les plus petits jusqu'à 5 ans. La mortalité imputable aux brûlures est de 1 %, essentiellement due aux infections et complications métaboliques secondaires, selon les données statistiques de l'institut mère-enfant du CHU de Rennes.

 

- Martine Geslin
Quels agents engendrent le plus fréquemment des brûlures chez les enfants ?

- Dr de Babeche
Le renversement des liquides chauds (eau, lait) et une prise de courant portée à la bouche occasionnent la majorité des brûlures enfantines. Plus généralement, la brûlure constitue une nécrose évolutive créée par la chaleur, l'électricité ou certains produits chimiques.

- Martine Geslin
La brûlure fait partie des accidents graves et lourds de conséquences qui, la plupart du temps, pourraient être évités. Que préconisez-vous à titre préventif ?

Dr de Babeche : En dialoguant avec les parents de la petite victime, je constate que la responsabilité leur incombe trop souvent. Par imprudence, manque de surveillance ou simplement ignorance, ils ne voient pas le danger. Dans les milieux les plus défavorisés, les familles nombreuses manquent de place et de confort: elles sont d'autant plus exposées aux accidents. Je n'insiste pas sur les problèmes de maltraitance que malheureusement nous rencontrons. Je pense qu'il s'agit d'un véritable problème de santé publique que seules la prévention et l'éducation à domicile pourront enrayer.


Source : CAF de l'Aude

L'eau du bain

Veillez à la température de l'eau du bain (37°) en utilisant un thermomètre de bain.
Que se soit dans le bain, dans une piscine, à la mer... ne laissez jamais votre enfant sans surveillance, même une seconde.

L'étouffement

Attention aux matelas trop mous, oreillers, couettes, chaines, épingles à nourrice, cordons, sacs plastiques, cacahuettes et autres fruits secs, cigarettes et mégots, petits objets qui peuvent être avalés de travers, meubles dans lesquels les enfants peuvent s'enfermer.

Les chutes

Ne suspendez jamais rien au dessus du lit, de la table à langer... l'enfant peut s'y accrocher ou cet objet peut tomber. Ne laissez jamais votre enfant seul s'il se trouve en hauteur.
Attention aux chutes de la chaise haute et de la table à langer.

La chaleur et l'électricité

Attention aux brûlures (appareils ménagers, barbecue, prises de courant...) les queues de casseroles doivent être tournées vers l'interieur de la cuisisnière.
Protégez votre enfant des coups de chaleur (en voiture par exemple) et des coups de soleil.

Les animaux

Veillez à tenir éloigné votre animal domestique de votre enfant; évitez tout contact entre votre enfant et la nourriture ou les objets appartenant à l'animal. Attention aux phénomènes allergisants.
Ne laissez jamais un enfant seul avec un chien, ni un bébé seul avec un chat.

Les produits dangereux

Médicaments, produits d'entretien, verres d'apéritif ... doivent être mis hors de portée des enfants. Bannissez également les bombes aérosol aux émanations toxiques et hautement inflammables.

En cas d'accident, téléphonez au Centre anti poison 
et si possible avoir l'emballage descriptif du produit
pour informer le Centre anti poison de sa nature. 

 

Les blessures

Eloignez tout objet ou outil dangereux : couverts, outils de jardinage, de bricolage, de couture, coin de table, certaines plantes ...

L'exposition au soleil

  • Pour les nourrissons :
    Les nourrissons ont la peau et les yeux très fragiles, il est donc important de ne pas les exposer au soleil.
  • Pour les enfants :
    - Évitez autant que possible de les exposer au soleil entre 12 heures et 16 heures.
    - Quels que soient l'heure et le lieu d'exposition, les enfants devraient porter un chapeau et des lunettes de soleil avec un filtre anti-UV et des montures enveloppantes.
    - Il est aussi utile de leur faire garder des vêtements couvrants qui protègent très bien la peau des rayons du soleil ! (attention un tee-shirt blanc, s'il protège de la chaleur, il n'est pas efficace contre les UV. Préférez un vêtement de couleur foncé)
    - D'une manière générale, veillez à limiter les durées d'exposition

La route

  • En voiture :
    Voir fiche pratique de la Sécurité routière sur le siège auto  

    Un siège auto adapté à l'âge et au poids de votre enfant est obligatoire. Le siège doit être placé dos à la route quand il est placé sur le siège passager avant. Il doit être homologué. Le marquage d'homologation se présente comme suit :

    - Lettre E (siège homologué)
    - N°1 à 21 (pays d'Europe d'homologation)
    - Universel (utilisable sur tous les véhicules)
    - Non universel (utilisable que sur certains véhicules)
    - Groupe 0 à III (en fonction du poids de l'âge de l'enfant)

    Ne laisser jamais votre enfant tout seul dans la voiture.
    Ne tenez jamais votre enfant sur vos genoux.
    Pensez lorsqu'il fait chaud, à évacuer la chaleur en aérant la voiture avant d'y mettre votre enfant et faites boire votre enfant pour prévenir la désydratation.

  • A vélo :
    Installez votre bébé sur un siège baquet en plastique moulé avec un harnais de sécurité; pour une meilleure protection, le port d'un casque est vivement conseillé
Top